Le format des factums : l’in-folio fait de la résistance au couvent ? (1/2)

Le format des factums est un élément essentiel de leur identification et de leur description dans les catalogues des bibliothèques. Il rend compte de la réalité matérielle de ces imprimés dans leur fabrication, leur diffusion, leur éventuelle commercialisation, leur perception et leur utilisation par les lecteurs et collectionneurs[1]. Dans le royaume de France, les imprimeurs et rédacteurs de factums ont adopté différents formats entre le XVIe et XVIIIe siècles. Dans les fonds de la Bibliothèque nationale de France (BnF), des factums aux formats in-folio, in-4o, in-8o, in-12o et in-16o sont conservés[2]. Si on en croit le décompte d’Augustin Corda dans l’avant-propos du catalogue des factums de la BnF[3], 54% des factums avant 1789 sont in-4o, 36% in-folio et 6% in-8o[4]. Une progressive réduction du format des factums est à l’œuvre à partir du tournant des XVIIe et XVIIIe siècles. Suivant une tendance générale de l’édition au XVIIIe siècle, les imprimeurs et rédacteurs de factums privilégient le format in-4o dont l’adoption est rendue obligatoire en 1774 par les instructions du directeur royale des publications[5]. L’historiographie considère que la réduction du format des mémoires judiciaires correspond à une transformation des usages au XVIIIe siècle. En effet, si les factums au XVIIe siècle sont à destination unique des juges et des juristes, au siècle suivant ils circuleraient plus abondamment dans la ville, parfois vendus, pour un lectorat diversifié dont le soutien est recherché pour peser sur le verdict judiciaire[6]. De prime abord, les factums pour ou contre des religieuses semblent qu’imparfaitement correspondre aux grandes mutations de l’édition et des imprimés judiciaires d’Ancien Régime.

Des in-folio majoritaires au XVIIIe siècle

Dans l’échantillon de factums me servant de base documentaire, le format in-4o concerne 44% des pièces alors que 56% des mémoires sont au format in-folio entre 1621 et 1782. Pour le XVIIe siècle, les proportions des deux formats sont proches malgré une légère majorité de 52% des factums in-4o. Pour le XVIIIe siècle, le format in-folio concerne 65% des mémoires judiciaires de l’échantillon. La taille réduite de l’échantillon et la faible présence de factums produits dans les années 1780, réduisent probablement la proportion du format in-4o. Toutefois, des résultats similaires ressortent pour l’ensemble des factums de la BnF pour ou contre des religieuses, soit un peu moins de 1000 documents : 0.5% in-12o, 0.5% in-8o, 42% in-4o, 57% in-folio[7]. De même, pour le seul XVIIe siècle il y a une légère prédominance du format in-4o qui concerne 53% du total alors que les in-folio forment 45% des pièces. Pour le XVIIIe siècle, les factums in-folio sont fortement majoritaires comme dans mon échantillon d’étude, représentant 69% du total. Est-ce à dire qu’en raison de la persistance du format in-folio, les factums pour ou contre des religieuses étaient moins diffusés ?

Il est difficile de souscrire à cette idée car, d’une part, rien ne semble attester dans les pratiques judiciaires des religieuses ou de leurs adversaires une retenue particulière vis-à-vis de la publicité des litiges, et d’autre part, le nombre de factums rédigés, et d’exemplaires conservés, par affaire quand il s’agit de religieuses ne paraît pas différer des tendances discernables pour l’ensemble des mémoires judiciaires d’Ancien Régime.

De plus, ce constat sur les factums pour ou contre des religieuses rejoint celui de Lise Lavoir dans les années 1980. En effet, parmi les 200 mémoires servant de documentation à sa recherche, le format in-folio représentait plus de 70% des pièces alors que le format in-4o composait moins de 20% de l’échantillon pour une période entre 1620 et 1760. Lise Lavoir suggérait qu’au XVIIe siècle les plaideurs abandonnèrent les petits formats, notamment l’in-8o, au profit de l’in-folio qui préjugerait mieux de leur condition sociale par l’association du format aux ouvrages d’érudition et aux beaux livres[8]. Il faut garder à l’esprit que cette explication est formulée à partir de factums produits majoritairement pour des plaideurs nobles et sélectionnés par Lise Lavoir dans les Dossiers bleus de la BnF, c’est-à-dire des dossiers généalogiques constitués aux XVIIe et XVIIIe siècles dont les pièces sont principalement au format in-folio[9].

Toutefois, la réflexion de Lise Lavoir ouvre des pistes pour expliquer et réduire l’apparente contradiction entre les formats des factums concernant des religieuses (majorité de in-4o au XVIIe siècle, majorité d’in-folio au XVIIIe siècle) et le mouvement général de l’édition au XVIIIe siècle vers une réduction des formats. De plus, l’association du format avec une stratégie de valorisation et de défense de l’honneur des individus en justice permet de sortir la réflexion du seul enjeu de la diffusion des factums.

Affiner la chronologie

Malgré les lacunes et imprécisions du Catalogue général de la BnF, il est possible d’affiner la chronologie des changements de format des imprimés judiciaires[10]. Avec une marge d’erreur, on peut se rendre compte que l’essor ou le reflux de certains formats des factums pour ou contre des religieuses correspondent en fait aux fluctuations discernables pour l’ensemble des fonds et collections de factums de la BnF.

La résistance du format in-folio est évidente au XVIIIe siècle et l’essor du in-4o n’est clairement visible que dans la deuxième moitié du siècle. Ainsi, pour la période 1701-1790, l’in-folio concerne 62% des factums, l’in-4o est le format de 34% des pièces et l’in-8o concerne moins de 2% des mémoires. Sur la période 1701-1750, l’in-folio est très largement majoritaire (84%) mais les proportions s’inversent entre 1751 et 1790, avec 77% d’in-4°, un développement de l’in-8o (4%) et du in-12o (1,5%), enfin un net recul de l’in-folio qui ne représente plus que 15% des formats. Les factums pour ou contre des religieuses au XVIIIe siècle ne présentent donc pas de singularité : l’in-folio est majoritaire dans la première moitié du siècle (85%) puis, entre 1751 et 1790, l’in-4o concerne 78% des factums mettant en jeu des religieuses. La popularité de l’in-folio suggérée par Lise Lavoir se vérifie donc jusqu’au milieu du XVIIIe siècle, pour les factums du Catalogue général et ceux pour ou contre des religieuses. Si des formats plus petits gagnent en importance au début du XVIIIe siècle, il paraît nécessaire de rappeler que c’est un processus long et que les plus petits formats, notamment l’in-4o, deviennent majoritaires qu’à l’extrême fin de l’Ancien Régime. Néanmoins, les résultats présentés sont peut-être plus le reflet des choix de conservation des juristes et collectionneurs du XVIIIe et XIXe siècles qu’une pesée fiable des formats utilisés pour la diffusion des factums.

De même, pour le XVIIe siècle, l’équilibre des formats des factums, pour ou contre des religieuses, entre in-4o et in-folio est conforme aux observations faites pour les autres factums de la BnF. Pour l’ensemble des mémoires judiciaires du Catalogue général sur la période 1601-1700, le format in-folio représente 50% des factums et le format in-4o concerne 48% des documents. L’importance du format in-4o est plus à considérer en tant que résistance d’une pratique de publication héritée du XVIe siècle qui se maintient tout au long du Grand Siècle, qu’en tant que prémices du renouveau de ce format à la fin de l’Ancien Régime. En effet, le Catalogue général de la BnF donne 536 résultats de factums produits entre 1540[11] et 1600 dont plus de 76% d’in-4o, 15% d’in-8o et moins de 8% d’in-folio. Si cette estimation est très imparfaite[12], elle a au moins le mérite de donner un ordre de grandeur qui laisse à penser que les factums au XVIe siècle étaient principalement au format in-4o. L’usage du format in-4o paraît majoritaire jusqu’au milieu du XVIIe siècle si on regarde l’ensemble des factums de la BnF (51,5%) et les mémoires pour ou contre des religieuses (81%). Dans les deux cas, le rapport s’inverse légèrement pour la période 1651-1700 : 55,4% des mémoires judiciaires du Catalogue général et un peu moins de 51% des factums concernant des religieuses sont au format in-folio. Il n’est pas sans intérêt de remarquer que dans mon échantillon d’étude, les factums les plus anciens sont exclusivement au format in-4o, remontant aux décennies 1610 et 1630, alors que les pièces au format in-folio sont totalement absentes avant 1659.

Afin de dépasser le seul établissement d’une chronologie et de pourcentages d’usage entre formats, il est utile de réfléchir sur les stratégies judiciaires que peuvent revêtir les différents formats et sur les choix de conservation de ces mêmes documents au-delà de la procédure en justice.

Stratégies judiciaires et choix de conservation

à suivre …

[1] Malcolm Walsby, « Le format et le livre imprimé aux XVe, XVIe et XVIIe siècles » dans Le monde de l’imprimé en Europe occidentale (vers 1470 – vers 1680), Bréal, Paris, 2021, p. 77 ; Claire Chatelain, « Envisager une histoire sociale et culturelle de la circulation des plaidoyers judiciaires en Europe (XVIe – XIXe siècles) » dans Revue d’histoire des facultés de droit et de la culture juridique, 2019-2020, n°39-40, Paris, p. 96

[2] Pour rappel, le format dépend du nombre de fois qu’une feuille est pliée afin d’obtenir un cahier. Le format in-folio correspond à une feuille pliée une seule fois pour former un cahier de 2 feuillets donc 4 pages imprimables. Quand la feuille est pliée deux fois, trois fois ou quatre fois, le cahier obtenu possède respectivement 8 pages (in-4o), 16 pages (in-8o) ou 24 / 32 pages (in-12o ou in-16o selon le pliage). Les cahiers formés par cette opération de pliure sont solidarisés avec des coutures pour former l’ensemble de l’imprimé. Le format ne limite donc pas le nombre de pages total d’un ouvrage mais détermine les dimensions moyennes des imprimés.

[3] Augustin Corda, Catalogue des factums…, Plon, Paris, 1890, p. VII

[4] Claire Chatelain, « Envisager une histoire sociale et culturelle de la circulation des plaidoyers judiciaires en Europe (XVIe – XIXe siècles) » dans Revue d’histoire des facultés de droit et de la culture juridique, 2019-2020, n°39-40, Paris, p. 96

[5] Hervé Leuwers, « Les avocats défenseurs des Lumières et de la liberté ? Problème d’analyse autour des factums » dans Olivier Chaline (dir.), Les Parlements et les Lumières, Maisons des sciences de l’homme d’Aquitaine, Pessac, 2012, p. 214 ; Sarah Maza, Vies privées, affaires publiques. Les causes célèbres de la France prérévolutionnaire, Fayard, Paris, 1997, p. 114

[6] Hervé Leuwers, « Les avocats défenseurs des Lumières et de la liberté ? Problème d’analyse autour des factums » dans Olivier Chaline (dir.), Les Parlements et les Lumières, Maisons des sciences de l’homme d’Aquitaine, Pessac, 2012, p. 214-215

[7] Dans le Catalogue général de la BnF, les critères de recherche sont les suivant : Localisation : Sur Gallica, Salle Ovale, Bibliothèque du Haut-de-jardin, Bibliothèque de Recherche / Date de publication : de 1601 à 1790 / Titre : Factum (tous les mots) et religieuse religieuses abbesse supérieure chanoinesse chanoinesses moniale moniales (un des mots).

[8] Lise Lavoir, Factums et mémoires d’avocats aux XVIIe et XVIIIe siècles : un regard sur une société (environ 1620-1760), thèse de doctorat de 3e cycle effectuée sous la direction de Monsieur le Professeur Jean Meyer, Université Paris-Sorbonne, A.N.R.T. Université de Lille, juin 1986, p. 14 et 15

[9] Ibid, p. 10 et 11

[10] Dans le Catalogue général de la BnF, les critères de recherche sont les suivant : Localisation : Sur Gallica, Salle Ovale, Bibliothèque du Haut-de-jardin, Bibliothèque de Recherche / Date de publication : de 1540 à 1790 / Titre : Factum (tous les mots)

[11] La borne de 1540 a été choisie à partir du travail de Marie Houllemare qui considère que le plus ancien factum conservé à la BnF date de 1546 ; voir Marie Houllemare, Politiques de la parole : le Parlement de Paris au XVIe siècle, thèse Université Paris IV, 2006, p. 383

[12] Elle entre notamment en contradiction avec les estimations de Marie Houllemare dénombrant, à partir du catalogue de Corda, 211 factums imprimés entre 1546 et 1600 ; voir Ibid, p. 383



Citer ce billet
Paul Landron (2023, 12 mars). Le format des factums : l’in-folio fait de la résistance au couvent ? (1/2). Religieuses et factums. Consulté le 22 mai 2024, à l’adresse https://doi.org/10.58079/tl2d

Laisser un commentaire

Votre adresse e-mail ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *

Ce site utilise Akismet pour réduire les indésirables. En savoir plus sur comment les données de vos commentaires sont utilisées.