Comment prononcer factum ?

Expliquer son sujet de thèse à sa famille, ses amis ou ses collègues est un exercice difficile de sélection et de synthèse de ses orientations et hypothèses de recherche. Dans mon cas, il s’est doublé d’un enjeu de prononciation du terme « factum », genre documentaire faisant l’objet de mon attention. Ayant découvert ce genre d’écrits judiciaires dans quelques fonds d’archives départementales de communautés religieuses féminines, dans le catalogue numérique de la BnF et par les pages produites par l’historiographie à ce sujet, j’ai pendant plusieurs mois entretenu un rapport solitaire avec cette documentation, me limitant à une lecture silencieuse du terme, sans jamais avoir besoin de prononcer le mot à voix haute. Ainsi, lorsque l’occasion se présenta de parler de mon travail, je fus pris d’un terrible doute sur la prononciation du terme « factum », contournant temporairement l’obstacle en utilisant la formule « mémoire judiciaire ».

Rappelons qu’aux XVIIe et XVIIIe siècles le terme factum regroupe une documentation manuscrite ou imprimée exposant le détail d’une affaire judiciaire et exposant les droits et arguments d’une des parties en instance de procès. Ces écrits peuvent prendre des titres variés : « factum », « mémoire », « précis », « plaidoyer » … Leur objectif est d’influencer la décision des juges et de publiciser l’affaire en question. Au XVIIIe siècle, en matière judiciaire « mémoire » et « factum » sont synonymes [1].

Le terme « factum » étant emprunté au latin, la première option choisie fut de coller à la prononciation latine sur le modèle templum, à savoir « té-m-plou-m » [2]. Je parlais dès lors d’un corpus de « factoum » faisant l’objet de mon enquête. La nécessité de demander de l’aide à un agent de la BnF pour mettre la main sur un inventaire imprimé des fonds me fit comprendre que ma façon de prononcer était erronée.

Il semblerait effectivement que la prononciation d’usage soit « factome ». C’est en tout cas ce que préconisent le Dictionnaire de la langue française et le Dictionnaire de l’Académie française depuis son édition de 1835 [3]. En revanche, la prononciation d’Ancien Régime était en « facton » si l’on suit les cinq premières éditions du Dictionnaire de l’Académie française [4]. Cette prononciation ancienne est décelable dans les écrits en rimes. Ainsi, d’après le Littré [5], il y a une occurrence de la prononciation en « facton » dans Temple du goût de Voltaire :

« Par arrêt ta muse est bannie / Pour certains couplets de chanson / Et pour un fort mauvais factum / Que te dicta la calomnie [6] »

Nul doute que les exemples sont nombreux dans la littérature et les écrits juridiques ou polémiques d’Ancien Régime. Deux occurrences au milieu du XVIIe siècle sont facilement repérables grâce au corpus du Projet Mazarinades [7]:

« Et quitte-là les rogatons / Pour les Arrests & les Factums / Courier François, pièces grotesques / Pasquins, Triolets, vers Burlesques / Si renommés par le passé / Ont maintenant le nez cassé [8] »

« Il se repent comme son père / Et promet un jour de mieux faire / Tout prest de dresser un Factum / Contre le President Charton [9] »

L’enjeu de la prononciation du terme « factum » peut paraître anecdotique. En effet, la mauvaise prononciation n’empêche aucunement le maniement, l’analyse et la compréhension de cette documentation même s’il y a un intérêt à identifier la sonorité d’Ancien Régime pour ne pas être étonné par certains emplois du mot. Néanmoins, proposer les prononciations ancienne et contemporaine permet de faciliter la discussion de vive voix en évitant à de possibles interlocutrices et interlocuteurs mes premières angoisses face aux factums !


[1] « On appelle aussi mémoire un factum qui contient les faits & les circonstances d’une affaire qui est sur le point d’être jugée ; & ces sortes de mémoires tiennent lieu de factums, ou, pour mieux dire, en sont véritablement » dans Claude-Joseph de Ferrière, Dictionnaire de droit et de pratique…, tome 2, chez Babuty fils, Paris, 1762, p. 303

[2] Morisset, Gason, Thomas, Baudiffier, Précis de grammaire des lettres latines, Magnard, Paris, 2007, p. 6

[3] Émile Littré, Dictionnaire de la langue française, tome 2, 1873-1874, p. 1591 ; Dictionnaire de l’Académie française, 6ème édition, tome 1, 1835, p. 719

[4] La notice dans la première édition de 1694 indique : « (On prononce FACTON) Exposition sommaire du fait d’un procès… »

[5] Émile Littré, Dictionnaire de la langue française, tome 2, 1873-1874, p. 1591 

[6] https://artflsrv03.uchicago.edu/philologic4/toutvoltaire/navigate/157/1/

[7] http://mazarinades.org/recherche/

[8] Le retour et restablissement des arts et mestiers. Vers burlesques, 1649 – http://mazarinades.org/recherche/page_affichage.php?p.1046.mazarinades.9076

[9] Les merveilles de la Fronde du Grand Hercule de Paris, 1649 – http://www.mazarinades.org/recherche/page_affichage.php?p.1644.mazarinades.5499


Laisser un commentaire

Votre adresse e-mail ne sera pas publiée.

Ce site utilise Akismet pour réduire les indésirables. En savoir plus sur comment les données de vos commentaires sont utilisées.